Site officiel du festival Premières, jeunes metteurs en scène européens,
Badisches Staatstheater Karlsruhe / Maillon / TNS

Credits : Poste 4 / Développlan

8 juin 2014

"Nous espérons que le Festival se fera avec passion" : un souhait du collectif FUX

  • Opa übt © Alexandre Schlub

La passion, toujours la passion ! Falk Rössler du collectif FUX, répond aux questions de l'équipe du Journal Premières !

Quelles sont vos sources d’inspiration artistiques et par quels metteurs en scène êtes-vous influencés ?
Les mauvaises blagues, Beckett, Berghaus, le cabaret, Castorf, la fête en général, la comédie, Dessau, nos frustrations, google, les oiseaux, notre foyer, le langage, Luhmann, Menke, Müller, la musique, le néant, la pression économique, la philosophie, ce qui n’est pas politiquement correct, Pollesch, le pamplemousse et tous les autres fruits qui commencent par un p, notre propre pratique artistique, Schwarz, le socialisme, les systèmes, les contes, les discussions, le théâtre, les autres, les voyages, la télévision, nos utopies, la variété, l’ennui, Wikipédia, youtube.

Quelle place réservez-vous au texte dans votre travail ?
Une place dans l’espace. Parfois comme canevas. Parfois comme amorce à une réflexion. Parfois rien. Peut-être que tu commences avec un texte pour finalement aboutir à un autre medium. Peut-être que tu démarres avec une image et que tu débouches sur un texte. Le texte est toujours important dans nos projets. Ce qu’il peut notamment offrir, c’est un point d’ancrage auquel se référer. C’est un parti pris qui peut être exigeant. Jusqu’à présent, Opa übt est, de toutes nos pièces, celle qui contient le moins de paroles. La structure musicale est l’élément central auquel s’agrègent, sur un même plan, le mouvement, la lumière, le texte et les autres composantes.

Que signifie le festival pour vous ? Qu’attendez-vous de la rencontre avec les autres compagnies ?
En réalité, il n’y a pas beaucoup d’endroits où l’on peut voir ce type de travail. Du coup, nous sommes vraiment heureux que Premières en fasse son cheval de bataille. L’idée d’un festival comme lieu d’échange sur la création est tout à fait fondée, car il peut ouvrir de nouveaux horizons et être l’occasion de se rapprocher plus étroitement du monde actuel. Donc, nous verrons bien. Nous espérons que nous aurons assez de temps pour voir autant de spectacles que possible. Et nous espérons avoir d’autres opportunités, en dehors du brunch de dimanche, de discuter avec les autres artistes. Avec passion. Nous espérons que ça se fera avec passion, peut-être. En tout cas, certains d’entre nous l’espère.

Photo © Alexandre Schlub

blog comments powered by Disqus