Site officiel du festival Premières, jeunes metteurs en scène européens,
Badisches Staatstheater Karlsruhe / Maillon / TNS

Credits : Poste 4 / Développlan

7 juin 2014

Ivan Viripaev, ou le bandit de la nouvelle dramaturgie russe

  • Ivan Viripaev © DR

Ivan Viripaev polit son théâtre sur les ruines de notre société contemporaine afin d’en faire surgir les paradoxes qui la régissent. Au ton vif et caustique, à l’ardeur démesurée, son travail est devenu emblématique d’une « nouvelle écriture russe ».

De sa formation à Irkoutsk à la création de sa compagnie Espace du jeu

Né en 1974, Viripaev a grandi à Irkoutsk en Sibérie. Il est à la fois comédien, metteur en scène et auteur. Après avoir terminé ses études à l’Ecole de théâtre d’Irkoutsk, il fonde en 1998 sa propre compagnie : Espace du jeu.

Ivan Viripaev, un artiste provocateur

Dès 2000, il présente sa première pièce, Les Rêves, au festival du théâtre documentaire à Moscou. Un succès immédiat ! Mais ancré dans une démarche politique et sociale, il est contraint de quitter sa région natale en raison des pressions exercées par les institutions théâtrales locales. Il emménage alors à Moscou en 2001, où il crée avec d’autres artistes (auteurs, metteurs en scène…) un lieu nouveau : le « Teatr.doc, Centre de la pièce nouvelle et sociale ». Si la taille de ce lieu est sans commune mesure avec celle des grandes scènes nationales moscovites, le Teatr.doc est tout de suite repéré par les sujets provocateurs dans le cadre d’un théâtre documentaire explorant les problèmes sociaux et politiques de la Russie de Poutine.

Oxygène, un succès triomphant

En 2003, son texte Oxygène est mis en scène par Viktor Ryjakov, pièce dans laquelle il joue comme acteur. C’est également un triomphe phénoménal, un des spectacles les plus fréquentés dans la capitale russe qui sera beaucoup repris et joué à l’international. C’est aussi cette pièce que reprend la We Cie dans En chaque homme, il y en a deux qui dansent, en la faisant résonner avec Le Lac des cygnes.

Ameline Baudoin

Photo © DR

blog comments powered by Disqus